vous accompagne dans vos projets en rapport avec les énergies traditionnelles ou renouvelables, l'efficacité et l'amélioration énergétique, pour une maîtrise durable de l'énergie.

Le sertissage : différents types, avantages et sertissage gaz



Les réseaux d’eau sanitaire, de chauffage, et même de distribution interne de gaz, peuvent aujourd’hui être réalisés par sertissage en totale conformité avec la réglementation.

Bien que la technique du brasage soit encore largement utilisée, les avancées effectuées sur les raccords à sertir témoignent de la pleine maturité de cette technologie. Pour preuve, elle est également acceptée par les instances normatives sur les tuyauteries gaz !

Le sertissage est une opération d'assemblage du tube et du raccord, basée sur l’écrasement et la déformation de ces deux éléments pour les lier, à l’aide d’une pince à sertir.

La technique de sertissage n’est pas exclusive à un matériau. Bien au contraire, elle s’applique aux différents types de canalisations mis en œuvre par les professionnels, qu’il s’agisse du cuivre, du PER, des tubes multicouches ou de l’acier.



Les différents types de sertissages :

Le cuivre constitue une barrière à l’oxygène des plus performantes (circuit de chauffage). Pour les réseaux sanitaires, ses propriétés antibactériennes sont mises en avant. Enfin, les parties de réseau apparentes sont bien mises en valeur.


Le multicouche allie la flexibilité et la légèreté du plastique à la faible dilatation thermique du métal. La mise en œuvre est facilitée grâce à sa mémoire de forme. La présence d’une couche d’aluminium crée une barrière à l’oxygène et ralentit la formation de boues tout en constituant une bonne résistance à la corrosion.


Le PER (polyéthylène haute densité réticulé) est, pour sa part, le matériau le plus flexible et le plus léger, facilitant ainsi son transport et sa manipulation sur chantier. Le tube PER présente également une bonne résistance à la corrosion.


L’acier :

  • L’acier electrozingué est le matériau idéal pour les installations de chauffage et de climatisation. Moyens et gros diamètres en gaines et réseaux techniques, moyens et petits diamètres pour les alimentations terminales.
  • L’acier inoxydable est le matériau idéal pour l’eau sanitaire (insensible aux traitements) dans les établissements de santé ou les grands ensembles à boucles sanitaires.



Les avantages du sertissage :

  • Un travail en toute sécurité : pas de feu, brûlures ou fumées, pas de demande de permis feu.
  • Des conditions de travail améliorées grâce à l’utilisation d’équipement de sertissage léger.
  • Le joint breveté vous indique, lors des essais de pression, si vous avez omis de sertir un raccord.
  • L’outil de sertissage est parfaitement et efficacement positionné grâce au profil du raccord.


Point de vigilance : Le sertissage gaz :

Le sertissage est autorisé, sous conditions, sur les installations de distribution de gaz. Il s’agit d’un système d’assemblage par bagues comprimées en force avec une sertisseuse électroportative spécifique.
L’arrêté du 6 décembre 2011 rend d’application obligatoire le cahier des charges CCH 2004-02. L’arrêté du 2 août 1977 modifié précise, en son article 7-6, que le mode d’assemblage par sertissage est assimilé à un raccord mécanique.

Les installations concernées :
Le sertissage gaz est autorisé pour les installations alimentées à partir :
• d’un réseau de distribution dont la pression maximale de service est inférieure ou égale à 400 mbar ;
• d’un ou plusieurs récipient(s) de stockage dont la pression maximale de service est classée en « moyenne pression B ».
Sont également concernées les installations situées entre l’organe de coupure générale de l’immeuble et les raccords d’entrée du ou des appareils alimentés gaz.

Mise en œuvre :
La preuve de conformité des raccords est assujettie à l’obtention d’une certification ATG sertissage, délivrée par Certigaz. La plage de diamètres d’utilisation de ces raccords est comprise entre 12 et 54 mm. Pour la mise en œuvre de ces raccords, l’installateur doit respecter les exigences du cahier des charges CCH-2004-02 composé de trois parties : définition des caractéristiques des raccords, mise en œuvre des raccords à sertir en cuivre et mise en œuvre des installations comportant des raccords sertis en cuivre.
Les raccords à sertir en cuivre pour le gaz sont considérés comme des raccords mécaniques. Ces raccords doivent rester accessibles et visitables. Il est notamment impossible de les engraver, de les encastrer ou de les incorporer dans les éléments du bâti. Aussi, aucun assemblage par brasure et cintrage à chaud ne doit être réalisé à moins d’un mètre d’un assemblage serti.